Les avantages partagés de la protection des agrégations de frai des poissons mènent à une gestion coopérative

Lieu

Province de Manus, Papouasie Nouvelle Guinée

Le défi

Les récifs coralliens de Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG) comptent parmi les espèces les plus diversifiées au monde et constituent une source importante de nourriture et de revenus pour les communautés. Le 40,000 km2 Les récifs coralliens constituent une vaste ressource qui est exploitée presque exclusivement par les petits pêcheurs artisanaux et de subsistance. Au niveau national, les récoltes seraient bien inférieures au rendement maximal durable. Malgré la santé générale de la pêche en PNG, une surexploitation locale a été constatée, en particulier dans les pêcheries ayant accès à des marchés au comptant. Les concentrations de poissons frayant sont particulièrement vulnérables, même à une pression de pêche faible, ce qui peut avoir un impact profond sur la population en matière de reproduction sur une brève période et réduire considérablement le rendement en matière de reproduction.

Récif corallien sain et dur avec Anthias et mérou corallien sur le site de plongée Killibob's Knob dans la baie de Kimbe en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le triangle de corail contient 75 pour cent de toutes les espèces de coraux connues, abrite 40 pour cent des espèces de poissons de récif du monde et accueille plus de 126 millions de personnes. Photo © Jeff Yonover

Récif corallien sain et en santé avec Anthias et le mérou corallien sur le site de plongée Killibob's Knob dans la baie de Kimbe en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le triangle de corail contient 75 pour cent de toutes les espèces de coraux connues, abrite 40 pour cent des espèces de poissons de récif du monde et accueille plus de 126 millions de personnes. Photo © Jeff Yonover

Comme dans beaucoup d'autres pays tropicaux, la gestion de la pêche en Papouasie-Nouvelle-Guinée nécessite une approche basée sur la communauté car de petites zones de tenure marine coutumière définissent l'échelle de gestion spatiale. Cependant, le sort des larves provenant d'une agglomération de géniteurs de poisson dans la zone CMT d'une communauté est inconnu, et il est donc difficile de déterminer dans quelle mesure une communauté peut s'attendre à ce que ses mesures de gestion reconstituent les pêcheries au sein de son CMT. Par conséquent, les informations sur la dispersion des larves sont importantes: si les larves se dispersent en grand nombre dans les zones de tenure, cela peut donner une forte impulsion à la gestion coopérative entre les communautés adjacentes.

Les mesures prises

Afin de mieux comprendre la dynamique de dispersion des larves de poisson, l’Australian Research Council (ARC) et The Nature Conservancy (TNC) ont mené une analyse génétique visant à mesurer la dispersion larvaire à partir d’une seule agrégation de frai de poissons (FSA) de groupements de corauxPlectropomus areolatus) à Manus, Papouasie Nouvelle Guinée. Dans 2004, pour reconstituer les stocks de poisson locaux, les pêcheurs d’une même zone CMT ont créé une zone de protection marine protégeant 13% de leurs zones de pêche, y compris la RTA étudiée. Les chercheurs et les pêcheurs locaux ont échantillonné cette FS au cours des semaines 2 en mai et ont prélevé des échantillons de tissus auprès de groupes de coraux adultes 2010 marqués de l'extérieur, ce qui représentait environ 416% de la population de FSA.

Alison Green, spécialiste des sciences de la mer dans le cadre d’une étude écologique rapide menée dans la région de la province de Manus, au nord de la mer de Bismarck, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les récifs coralliens de Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG) comptent parmi les espèces les plus diversifiées au monde et constituent une source importante de nourriture et de revenus pour les communautés. Photo © Louise Goggin

Alison Green, spécialiste des sciences de la mer dans le cadre d’une étude écologique rapide menée dans la région de la province de Manus, au nord de la mer de Bismarck, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les récifs coralliens de Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG) comptent parmi les espèces les plus diversifiées au monde et constituent une source importante de nourriture et de revenus pour les communautés. Photo © Louise Goggin

Au cours des semaines 6 (novembre-décembre 2010), des groupements coralliens juvéniles 782 provenant de récifs 66 ont été collectés dans la zone CMT et dans quatre autres zones CMT environnantes jusqu'à 33 km à partir de la FSA échantillonnée. L'analyse a identifié des juvéniles 76 provenant de récifs 25 et issus d'enfants d'adultes échantillonnés à la FSA.

Les chercheurs ont quantifié la manière dont les larves se dispersant à partir du groupe de corail FSA contribuent au recrutement dans la zone CMT environnante et dans quatre zones CMT adjacentes. Ils ont constaté que 17 – 25% du recrutement dans la zone CMT contenant la RTA échantillonnée provenait de cette même FSA et que, dans chacune des quatre zones CMT adjacentes, 6 – 17% du recrutement provenait également de la FSA échantillonnée. Enfin, les modèles de dispersion fondés sur ces données prédisent que 50% des larves vont se fixer dans les limites de 13 km et 95% dans les 33 km de la FSA.

Localisation et abondance des juvéniles échantillonnés et attribués: modèles spatiaux de la collecte d'échantillons de juvéniles de mérous (A) et (B) attributions de parenté juvéniles. Les cercles verts (A) et jaunes (B) correspondent au nombre de juvéniles. Les adultes ont été échantillonnés à partir d'une seule agrégation de frai de poissons (croix rouge), et les juvéniles ont été collectés dans des récifs individuels 66 (cercles verts en A). Les lignes pointillées en blanc indiquent les limites coutumières du régime maritime des cinq communautés, avec le nom de chaque communauté en blanc (A). La terre est noire, les récifs coralliens sont gris et l'eau est bleue (Almany et al. 2013).

Localisation et abondance des juvéniles échantillonnés et attribués: modèles spatiaux de la collecte d'échantillons de juvéniles de mérous (A) et (B) attributions de parenté juvéniles. Les cercles verts (A) et jaunes (B) correspondent au nombre de juvéniles. Les adultes ont été échantillonnés à partir d'une seule agrégation de frai de poissons (croix rouge), et les juvéniles ont été collectés dans des récifs individuels 66 (cercles verts en A). Les lignes pointillées en blanc indiquent les limites coutumières du régime maritime des cinq communautés, avec le nom de chaque communauté en blanc (A). La terre est noire, les récifs coralliens sont gris et l'eau est bleue (Almany et al. 2013).

Dans quelle mesure a-t-il réussi?

Les résultats finaux et les recommandations de cette étude ont été présentés en novembre 2011 aux cinq communautés ayant participé à la recherche, ainsi qu'à Mbuke, la plus grande communauté parmi les îles situées au large des côtes au sud de la zone d'étude. Les trois principales conclusions de ce travail sont:

  • Les petites zones gérées qui protègent les RTA peuvent aider à rétablir et à maintenir la pêcherie de groupes de coraux d'une communauté, car de nombreuses larves restent à proximité de la RTA.
  • La pêcherie de groupements de coraux représente un stock important qui serait mieux géré collectivement, car certaines larves et certains poissons traversent les frontières de la CMT.
  • Les résultats de l’étude sur les groupes de coraux sont similaires à ceux d’autres études portant sur des espèces pêcheuses ou non, toutes suggérant que certaines larves ne se déplacent que sur de courtes distances à partir de leurs parents.

Ces résultats suggèrent que la gestion communautaire peut indéniablement apporter des avantages locaux à certaines espèces de pêche et éventuellement à un large éventail d'espèces de pêche.

Au moment de l’étude, il n’existait aucun cadre officiel pour soutenir la gestion collective. Les communautés avaient traditionnellement pris des décisions indépendantes concernant les pêcheries dans leur zone CMT. Cependant, de nombreux membres de la communauté ont immédiatement compris l'intérêt de la gestion collective des pêches basée sur les communautés après la présentation des résultats de cette étude. Les communautés favorables à la gestion collective, composées de huit zones tribales des Titans, y compris les cinq zones CMT ayant participé à l’étude coralgrouper, ont invité les dirigeants de 70 à une réunion en juin 2013 pour établir officiellement le réseau de développement des ressources Manus Endras Asi.

Les huit zones tribales du réseau contiennent plus de personnes 10,000 réparties dans environ un tiers de la province de Manus (~ 73,000 km2 de l'océan). Le réseau a été établi autour de frontières socioculturelles existantes, tous les membres partageant une langue commune (Titan), une religion commune (Wind Nation) et une culture maritime. Parmi les stratégies utilisées par le réseau pour remplir sa mission, on peut citer: plaider en faveur d’un développement équitable et durable afin d’améliorer les moyens de subsistance; préservation du patrimoine culturel; développer un forum d'apprentissage pour partager les expériences entre les membres du réseau afin de renforcer les capacités locales; améliorer la résilience des communautés au changement climatique grâce à des projets communautaires; en soutenant les partenariats de recherche entre les communautés et les scientifiques au bénéfice des communautés; et établir un réseau d'aires gérées et protégées.

Bateaux de pêche insulaires et enfants dans la région de la province de Manus, au nord de la mer de Bismarck, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Photo © Louise Goggin

Bateaux de pêche insulaires et enfants dans la région de la province de Manus, au nord de la mer de Bismarck, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Photo © Louise Goggin

Depuis sa création en juin 2013, le réseau a élaboré et signé une charte officielle s’établissant comme une entreprise enregistrée, élaboré et approuvé un plan stratégique et établi une relation officielle avec l’Autorité nationale des pêches de Papouasie-Nouvelle-Guinée (NFA) pour coordonner la pêche. activités de gestion. Un résultat récent de ce lien avec NFA a été l'engagement de NFA de fournir des dispositifs de concentration de poissons (EAD) en eaux peu profondes à chaque communauté du réseau afin de réduire la pression de pêche sur les récifs.

Lors de la réunion du réseau 2014 de septembre, le Conseil tribal des chefs, agissant en tant que représentants de leurs zones tribales, a approuvé la création d'un système complet de zones gérées et protégées dans l'ensemble de la zone relevant de la compétence du réseau. Les deux principaux objectifs de ce système d’aires gérées et protégées sont d’assurer la durabilité d’un éventail de ressources halieutiques et de protéger les sites du patrimoine culturel. Les prochaines étapes comprennent un atelier de planification participatif visant à intégrer les priorités de la communauté et les objectifs de conservation, les connaissances locales et les données scientifiques dans un plan de gestion spatiale complet pour la région.

Leçons apprises et recommandations

  • La coopération accrue entre les communautés dans la gestion de leurs pêcheries profite à la fois aux populations de poissons et aux communautés.
  • Les mesures prises par une communauté auront une influence sur ses voisins et la coopération entre les communautés pour la gestion d’une pêche améliorera probablement la durabilité de la pêche et la persistance à long terme des méta-populations de poissons.
  • La force de la connectivité entre les récifs coralliens diminuera à mesure que la distance les séparant augmentant, la dispersion localisée des larves est courante chez les poissons des récifs coralliens.
  • La résolution des schémas de dispersion des larves et leur relation avec le recrutement peuvent constituer un argument convaincant en faveur d’une gestion coopérative.
  • Les décisions de gestion des pêches concernant la taille et l'espacement des zones de protection marines peuvent présenter des avantages simultanés pour diverses espèces.

Résumé du financement

Centre d'excellence du Conseil australien de recherche pour les études sur les récifs coralliens
La Fondation David et Lucile Packard
Dotation Rodney Johnson / Katherine Ordway Stewardship de The Nature Conservancy
Fondation nationale des poissons et de la faune

Organisations leaders

Centre d'excellence du Conseil australien de recherche pour les études sur les récifs coralliens
The Nature Conservancy

Partenaires

Université James Cook
Université des sciences et technologies du roi Abdallah
L'Université d'Hawaï à Hilo
Établissement océanographique de Woods Hole

Ressources

Vidéo: La dispersion larvaire et son influence sur la gestion de la pêche

Avantages locaux de la gestion communautaire: utilisation de petites zones gérées pour reconstruire et pérenniser certaines pêcheries côtières

La dispersion des larves de mérous favorise le partage des ressources locales dans une pêcherie de récifs coralliens