Création du parc marin Man of Shoals à Sint Maarten, dans les Caraïbes

Lieu

Sint Maarten / Saint Martin, Antilles

Le défi

L'île de Sint Maarten / Saint Martin, aux Antilles, est divisée entre les îles Saint-Martin françaises au nord (53 km2) et le Sint Maarten néerlandais au sud (34 km2). St. Maarten fait partie du Royaume des Pays-Bas. L'île est entourée d'environ 20 km2 des récifs coralliens.

Récif corallien à Saint-Martin. Photo © Nature Foundation St. Maarten

Récif corallien à Saint-Martin. Photo © Nature Foundation St. Maarten

Saint-Martin a connu son premier boom touristique depuis les 1960, lorsque Cuba a été fermée au tourisme. St. Maarten est maintenant l'un des plus grands pôles touristiques des Antilles, avec environ 85% de sa main-d'œuvre employée dans les industries du tourisme ou liées au tourisme. Il n’existe pas de pêche commerciale à grande échelle, mais uniquement des pêcheurs artisanaux 10-15 et de la pêche récréative du marlin (Makaira spp.) et mahi-mahi (Coryphaena spp.)

Jusqu'à récemment, le gouvernement gérait peu l'environnement marin à Saint-Martin. À 1997, la Nature Foundation St. Maarten a été créée dans le but de créer et de gérer un parc marin à St. Maarten, sous contrat du gouvernement de St. Maarten. Saint-Martin était le seul pays des Caraïbes néerlandaises à ne pas avoir de parc marin. La proposition visait donc à atteindre la parité entre Saint-Martin et les autres États des Caraïbes néerlandaises. La conception du parc proposé était basée sur la conception d'une zone de protection marine à Bonaire. Cependant, cette conception était trop étendue (elle aurait englobé toutes les eaux territoriales de St. Maarten) et trop compliquée pour obtenir un soutien politique. Les intérêts de l'industrie des navires de croisière, des pêcheurs et des exploitants de magasins de plongée ont compliqué la tâche des politiciens de Saint-Martin. En outre, alors que la zone protégée de Bonaire comptait un personnel de 54, la Nature Foundation St. Maarten ne comptait que trois personnes. Le parc est resté une entité uniquement sur papier jusqu'à 2010.

Les récifs de St. Maarten ont subi une dégradation à long terme en raison de la croissance rapide du tourisme, d'une planification urbaine et d'infrastructures médiocres et du manque de gestion des bassins versants. Les ouragans et les épisodes de blanchiment de coraux en masse ont entraîné une réduction de 80% de la couverture corallienne dans l'environnement littoral.

Les mesures prises

Dans 2010, la Nature Foundation St. Maarten a été officiellement réactivée pour créer un parc marin bien géré, avec une zone strictement interdite pour faire face aux menaces croissantes. La Fondation a adopté une approche en trois volets pour obtenir le soutien des décideurs en matière d'établissement de parcs marins. Premièrement, la Fondation a effectué une évaluation écologique des récifs de St. Maarten. Cette étude de base a identifié des zones spécifiques - les récifs sains restant dans le pays - comme hautement prioritaires pour la conservation. Ils ont repensé le parc proposé pour qu'il ne protège que ces zones - représentant 25% des eaux territoriales du pays et couvrant une superficie de 10,000.

Surveillance du personnel dans le parc marin Man of Shoals. Photo © Mauricio Handler / DCNA / NPL

Surveillance du personnel dans le parc marin Man of Shoals. Photo © Mauricio Handler / DCNA / NPL

Ensuite, une étude d’évaluation économique de l’écosystème marin a été réalisée à l’aide d’un méthode du World Resources Institute. Cette méthode rapide a été conçue pour être facile à utiliser par les gestionnaires. En interrogeant des propriétaires de magasins de plongée, des pêcheurs, des touristes et d’autres acteurs de l’industrie du tourisme, l’étude a permis de brosser un tableau convaincant de l’importance d’un écosystème marin sain pour l’économie de Saint-Martin.

Enfin, la Nature Foundation St. Maarten a communiqué à la communauté les résultats de l’évaluation écologique et de l’étude d’évaluation économique afin de présenter ses arguments en faveur du parc marin. La Fondation a présenté des exposés lors de réunions communautaires, discuté avec des pêcheurs et des opérateurs de plongée et présentée au Parlement. En décembre, 30, 2010, le parc marin Man of Shoals a été créé.

L'une des premières étapes pour le parc marin a été la conception d'un système d'amarrage pour les bateaux de plongée afin d'éviter que des dommages supplémentaires ne soient causés par l'ancrage directement sur le récif. Avant et pendant la création du parc marin, la fondation a mené une campagne de sensibilisation à grande échelle pour expliquer pourquoi les ancres endommagent le récif. À la suite de la création du parc, des petites entreprises de Saint-Martin ont financé la construction d'un système d'amarrage foré dans le substrat.

Tortue imbriquée. Photo © Nature Foundation St. Maarten

Tortue imbriquée. Photo © Nature Foundation St. Maarten

Dans un proche avenir, la Fondation espère étendre le parc à 35,000, ce qui le rendra permanent avec un parc situé du côté français de l'île. Étant donné que les limites actuelles du parc comprennent les parties du récif qui conviennent le mieux à la pêche et à la plongée, les zones où les eaux sont les plus calmes et les récifs les plus sains, l’agrandissement est un cas plus facile à réaliser car il inclut les eaux plus agitées qui sont utilisées moins pour la pêche et la plongée.

Dans quelle mesure a-t-il réussi?

La Fondation a documenté une augmentation des populations de certaines espèces de poisson grâce à des enquêtes annuelles. Dans 2013, ils ont constaté que les populations de mérous et de vivaneaux avaient rebondi, montrant une augmentation du pourcentage de 10-15 et les pêcheurs signalant une augmentation des captures. La Fondation a ouvert des pépinières de staghorns (Acropora cervicornis) et de coraux d'Elkhorn (Acropora palmata) et espère les transplanter dans des zones à haute qualité d'eau pour accélérer le rétablissement du récif.

Leçons apprises et recommandations

  • La participation des parties prenantes est essentielle. La participation des parties prenantes et de la communauté locale est essentielle pour atteindre les objectifs de conservation. La Fondation a assisté à des réunions de groupes communautaires et à des réunions de conseils communautaires et a donné des présentations courtes et simples. Au lieu de suivre ces présentations avec une séance de questions-réponses traditionnelle, le personnel de la Fondation a sollicité les commentaires de tous. En rendant ces séances informelles, ils ont pu parler et écouter les gens, et donc communiquer plus efficacement avec les membres de la communauté d'une manière qui leur convenait mieux.
  • La valorisation économique des écosystèmes est un outil puissant et persuasif. Bien que cela puisse être controversé, cela a permis de plaider en faveur de la conservation en montrant les avantages économiques des services écosystémiques, ce qui était un moyen efficace d'atteindre les principaux décideurs.
  • Une communication efficace devrait être une priorité. Communiquer sur l'importance de la conservation peut être difficile, mais pour obtenir un soutien politique populaire auprès de la conservation, les scientifiques doivent le faire par tous les moyens disponibles (Facebook, Twitter, Instagram et les médias traditionnels).

Résumé du financement

Fonds Prince Bernhard Nature
US National Fish and Wildlife Foundation
Programme pour l'environnement des Caraïbes, Programme des Nations Unies pour l'environnement
Fonds mondial pour la nature (Pays-Bas)
Organisation d'exécution de la Fondation pour le développement des Antilles néerlandaises (USONA)
Fonds MINA Antilles Néerlandaises
Fonds KNAP Antilles Néerlandaises
Le fonds INNO
Bunchies Garage & Trucking NV
Aéroport international Princess Juliana (PJIA)
Société holding du port de St. Maarten (SHHC)
Office de tourisme de Saint-Martin
Loterie nationale néerlandaise des codes postaux
SOL Antilles

Organisations leaders

Fondation Nature St. Maarten

Partenaires

Alliance hollandaise pour la nature

Ressources

Le gouvernement de Sint Maarten

Capital côtier: valorisation des écosystèmes pour la prise de décision dans les Caraïbes, World Resources Institute

Écrit par: Tadzio Bervoets, Fondation Nature St. Maarten, Sint Maarten

Cette étude de cas a été adaptée à partir de: Cullman, G. (ed.) 2014. Resilience Sourcebook: Études de cas sur la résilience socio-écologique dans les systèmes insulaires. Centre pour la biodiversité et la conservation, Musée américain d'histoire naturelle, New York, NY.