Le changement climatique affecte les individus, les communautés et des écosystèmes entiers, mais ses impacts ne sont pas répartis de manière égale. Partout dans le monde, les femmes sont touchées de manière disproportionnée par la pauvreté et le déni du droit de vote politique et dépendent souvent davantage des ressources naturelles pour leur subsistance, faisant de la problématique hommes-femmes un élément essentiel de la vulnérabilité au climat.

Dans le même temps, intégrer les femmes dans la science du climat et la prise de décision renforce l'action du climat, aide les communautés à être plus durables et réduit les risques environnementaux et économiques.

Ce Mars, Lizzie McLeodLa scientifique de l'adaptation au climat du Pacifique de Nature Conservancy, organise un échange de connaissances pour les femmes des îles du Pacifique afin de partager leurs expériences en matière d'adaptation au climat et les enseignements tirés. Au cours de l'atelier, Lizzie aidera à saisir leurs solutions locales innovantes, tout en renforçant l'engagement des femmes dans le développement durable. Nous avons rencontré Lizzie pour discuter de son travail sur les lignes de front des risques liés au genre et au climat.

Nouvelles du personnel: Bonjour Lizzie. Parlez-nous de vous: Depuis combien de temps êtes-vous à TNC et comment avez-vous commencé ce travail?

Lizzie: Je suis chez TNC depuis des années 15! En tant que scientifique spécialiste des récifs coralliens, je me suis intéressée à la manière dont les récifs réagissent au réchauffement de la température des océans. Le changement le plus important de ma carrière a eu lieu lorsque j'ai commencé à travailler plus étroitement avec les communautés côtières. En tant que scientifique spécialiste des sciences de la mer, j'ai compris l'importance de mener des recherches pour modéliser les impacts du climat, mais ma collaboration avec les communautés du Pacifique a renforcé mon intérêt pour les solutions développées directement à partir des communautés elles-mêmes. Reflétant la tendance générale observée dans les travaux de la Conservancy, je suis également passé des sciences naturelles à l’intersection des hommes et de la nature. Les changements climatiques constituent la plus grande menace environnementale à laquelle font face les communautés des îles du Pacifique. Il est donc crucial de mettre en place des stratégies qui aident les communautés et les écosystèmes à s'adapter à un monde en mutation.

Alors que nous travaillons avec différentes communautés, pourquoi est-il important de se concentrer sur l'intégration des femmes dans la recherche et les solutions sur le climat?

LM: Les femmes sont souvent confrontées à un accès inégal aux ressources naturelles et à la prise de décisions et à une mobilité limitée qui peut les affecter de manière disproportionnée par le changement climatique. Les femmes peuvent également être confrontées à des obstacles sociaux, économiques et politiques pouvant limiter leur capacité à faire face aux impacts du climat. Cependant, la vulnérabilité varie selon les groupes et les individus, ainsi que dans le temps. Nous ne pouvons pas simplement considérer les femmes comme un groupe homogène «vulnérable». Cela nous empêche d’apprécier et d’aborder les relations de pouvoir impliquées et le rôle actif que beaucoup de femmes jouent dans la gestion de l’environnement, l’atténuation du changement climatique et l’adaptation. Nous devons explorer comment et dans quels contextes les femmes sont capables de faire face aux effets inégaux du changement climatique et également développer des solutions qui renforcent leur capacité à créer un changement positif et durable dans leurs communautés.

En outre…

Les femmes apportent souvent des perspectives, des connaissances et des solutions différentes. Les responsabilités des femmes dans leurs foyers et leurs communautés, et leur gestion des ressources naturelles, signifient qu'elles sont essentielles aux stratégies conçues pour faire face aux conditions environnementales changeantes. À titre d’exemple, dans de nombreuses îles du Pacifique, ce sont surtout les femmes qui récoltent le taro - un produit de base culturellement important et un aliment de base menacé par le changement climatique. Par conséquent, engager les femmes est essentiel pour développer des solutions climatiques durables qui s'appuient sur leurs connaissances et leur expertise traditionnelles pour gérer la ressource. Ce n'est que lorsque les scientifiques ont intégré le genre dans leurs recherches qu'ils ont compris les pratiques que les femmes utilisaient pour aider les exploitations à s'adapter à l'intrusion d'eau salée, à l'évolution des régimes de précipitations et à l'élévation du niveau de la mer. Il est vrai que dans de nombreuses régions, les femmes sont particulièrement vulnérables aux impacts du climat, mais on oublie souvent qu’elles ouvrent également la voie à la recherche de solutions climatiques.

Qu'est-ce qui vous a inspiré dans l'idée d'un échange d'apprentissage entre femmes, par opposition à un atelier communautaire plus large?

LM: Si vous voulez la vraie histoire, l’idée est née lors d’un précédent atelier sur le climat lorsque j’ai vu des femmes se lever pour parler et se faire entendre. chat-appelé par certains des hommes présents. Leur apport a été marginalisé. Les femmes sont souvent exclues de la prise de décision environnementale, y compris des discussions politiques sur la conservation et l'utilisation des ressources. Nous voulions donc trouver un moyen de faire en sorte que leurs voix soient entendues et qu'elles puissent aider à élaborer des solutions en matière de climat. Cet échange de connaissances sera la première fois que ces femmes de tout le Pacifique se retrouveront toutes ensemble dans un espace pour discuter de leurs idées et de leurs solutions pour le climat. En réunissant ces femmes et en créant une plate-forme, nous pensons pouvoir valider le rôle crucial que les femmes jouent dans l'adaptation, renforcer les mesures d'adaptation existantes et aider à tirer parti de ces solutions dans la région.

Vous vous concentrez sur le Pacifique dans votre travail. Pourquoi cette région est-elle importante pour les solutions climatiques?

LM: Les îles du Pacifique sont littéralement à la pointe du changement climatique et comptent parmi les plus vulnérables aux tempêtes côtières, à l'élévation du niveau de la mer, à l'acidification de l'océan et à la modification des régimes de précipitations. Les communautés du Pacifique ressentent déjà ces effets, ce qui se traduit par une volonté politique et une motivation considérables pour agir. Nature Conservancy a une expérience de succès de 25 dans le Pacifique et entretient des relations avec des dirigeants allant du niveau local au niveau national, ce qui nous donne la double opportunité de rechercher des solutions pour certaines des communautés les plus exposées au risque et de mettre en place des solutions dans le monde entier. Plus important encore, l'identité culturelle est liée à la terre. Quand la terre est perdue, la culture est perdue. Nous avons un impératif moral de concentrer nos travaux dans ce domaine et une occasion d’apporter une contribution significative à l’amélioration de la vie des gens.