D'une taille approximative de la Floride, Cuba est l'île la plus diversifiée du point de vue écologique dans les Caraïbes, avec plus de 10,000 espèces endémiques de plantes et d'animaux. Les récifs coralliens du pays couvrent une superficie de 1000 et représentent un tiers de tous les récifs des Caraïbes insulaires. Les écosystèmes marins sains de Cuba sont essentiels à la dispersion des larves de coraux dans la région et à la production halieutique qui profite non seulement à la région des Caraïbes, mais également au sud-est des États-Unis.

Nature Conservancy s'est associée à des agences de conservation cubaines pendant plus de 20, offrant des formations telles que la gestion et la planification des aires protégées, le GPS et les SIG, la surveillance des récifs coralliens, l'adaptation au climat et le tourisme durable qui ne seraient autrement pas disponibles. Au cours de cette période, le Conservancy a également cartographié les récifs coralliens, les herbiers marins et les forêts de mangroves au sein d'aires protégées. Ces cartes ont été utilisées pour faciliter le suivi et la protection ciblée de ces sites riches en biodiversité. L'engagement de la société de conservation à Cuba a fait de nous l'une des rares organisations qui entretient d'excellentes relations de travail actives avec les agences de conservation à Cuba. The Conservancy soutient les agences de conservation à Cuba en respectant leurs engagements existants et en formant le personnel des gouvernements et des ONG aux compétences nécessaires pour faire progresser la conservation marine et terrestre. Grâce au financement du China Global Conservation Fund et de donateurs privés, il est actuellement prévu de développer un plan détaillé de conservation de l'île en utilisant de nouvelles techniques de cartographie afin d'améliorer les données existantes et de les affiner grâce aux connaissances d'experts. Ces produits seront intégrés dans un système d’information afin d’évaluer les scénarios de conservation et de développement, fournissant des orientations sur la protection de l’habitat, le développement des ressources naturelles et les mesures d’atténuation.

M. Luis Solórzano, directeur exécutif du Programme des Caraïbes, M. Raimundo Espinoza, responsable du programme pour Cuba, et M. Steve Schill, scientifique principal du Programme des Caraïbes, ont tous joué un rôle essentiel dans la promotion de la collaboration et des efforts de conservation à Cuba. Nous leur avons posé quelques questions sur le travail de The Nature Conservancy dans le pays et voici ce qu'ils ont dit:

RR: Selon vous, quels sont les plus grands défis pour les Cubains qui s’occupent de la conservation des récifs coralliens?
M. Raimundo Espinoza: Les défenseurs de l'environnement cubains sont très passionnés, créatifs et ont des normes académiques élevées. Cependant, les problèmes quotidiens liés à la technologie quotidienne, tels que la vitesse réduite de l’Internet et les logiciels indispensables à l’analyse scientifique, font l’objet de défis. En ce qui concerne plus particulièrement les récifs coralliens, les récifs cubains représentent plus du tiers de tous les récifs des Caraïbes insulaires, ce qui pose des problèmes pour la surveillance et la gestion d’une si vaste région. Néanmoins, Cuba possède certains des systèmes de récifs les plus primitifs des Caraïbes. L'absence de développement côtier massif et les faibles apports de nutriments et de sédiments sur les récifs cubains fournissent une hypothèse expliquant pourquoi ces systèmes ont pu conserver leur intégrité par rapport à de nombreux autres systèmes dégradants dans les Caraïbes.

Une menace potentielle de développement accru constituera probablement un défi pour la santé des systèmes de récifs coralliens cubains. Nous travaillons actuellement avec les agences de conservation cubaines pour identifier le meilleur moyen de parvenir à la conservation des récifs coralliens et pour maximiser les avantages des océans pour les populations, tout en maintenant des habitats marins sains.

RR: Que fait TNC pour aider à relever ces défis?
M. Raimundo Espinoza: Nous déployons actuellement deux efforts majeurs. Le premier est le Plan de conservation de Cuba, qui sera entrepris en collaboration avec les agences de conservation cubaines. Le plan directeur orientera les efforts visant à concentrer les efforts de conservation sur les zones de grande valeur écologique, ce qui aidera Cuba à prendre des décisions éclairées concernant le développement futur, de manière à promouvoir une utilisation durable sans sacrifier l’intégrité écologique. En outre, le Conservancy renforcera les capacités de gestion et de restauration des coraux à Cuba en établissant des pépinières de coraux en partenariat avec le Centre national cubain des aires protégées dans l’Élémento Natural Destacado- Sistema Espeleolacuste, une aire protégée de l’écosystème Ciénega de Zapata. Nous fournissons également aux gestionnaires de récifs coralliens les connaissances scientifiques actuelles, les meilleures pratiques et les outils nécessaires pour établir et gérer la première pépinière de coraux de Cuba.

RR: Quels sont les résultats attendus du Plan directeur pour la conservation et le développement de Cuba?
M. Steve Schill: Le Plan directeur pour la conservation de Cuba fournira une base de données spatiale améliorée et mise à jour sur les habitats terrestres, d'eau douce et marins, ainsi que sur les activités socio-économiques sur l'ensemble du territoire cubain. Ces entités seront systématiquement cartographiées avec une précision bien supérieure aux ensembles de données précédents qui sont obsolètes, inexacts ou cartographiés à des échelles inadéquates. Au cours de ce processus, nous identifierons les lacunes en matière de protection qui conduiront finalement à la conception d’un réseau optimal d’aires protégées qui répond efficacement aux objectifs de conservation définis pour les systèmes terrestres, d’eau douce et marins.

Ce réseau amélioré d'aires protégées contribuera à préserver la fonction écologique et la viabilité à long terme de ces systèmes à travers Cuba. En outre, nous organiserons une série d'ateliers et de réunions pour éduquer, sensibiliser et créer un consensus commun en faveur d'un programme de conservation intelligent. Ce programme donnera la priorité et guidera les efforts de conservation, aidant le gouvernement à faire des choix éclairés et plus intelligents concernant le développement futur de manière à promouvoir l'utilisation durable sans sacrifier l'intégrité écologique.

RR: En quoi le travail de The Nature Conservancy à Cuba est-il important pour les efforts de conservation dans la région des Caraïbes?
M. Luis Solórzano: Cuba est la plus grande île des Caraïbes et l’une des plus grandes îles 20 au monde et possède donc l’une des valeurs de conservation les plus élevées de la région. L'île abrite des niveaux élevés d'espèces endémiques, est importante pour les migrations d'oiseaux d'Amérique du Nord et possède une banque génétique d'espèces marines saine pour la région. De plus, Cuba est bien préservée en raison de l'agriculture et du développement à faible impact et de la faible densité de population.

Avec les changements intervenus dans les relations diplomatiques entre les États-Unis et Cuba, un potentiel d'activités économiques accrues pourrait entraîner des changements dans l'utilisation des terres dans des secteurs tels que l'agriculture, le pétrole, les mines, le tourisme et l'immigration. The Conservancy s'emploie à protéger et à conserver les ressources naturelles des Caraïbes. Par conséquent, tout objectif et toute stratégie de conservation régionaux doivent inclure Cuba pour garantir la représentation biologique et la connectivité biogéographique. Nous travaillerons avec les partenaires cubains pour mener à bien le projet de conservation du pays et soutiendrons la conception et la mise en œuvre d'un réseau d'aires protégées gérées efficacement. L'objectif de ces efforts est de capturer la richesse biologique des écosystèmes marins et terrestres de Cuba et de dialoguer avec différents secteurs pour atteindre les objectifs de développement, tout en préservant l'intégrité environnementale et la richesse naturelle du pays. Cuba a le potentiel de devenir un exemple de véritable développement durable au Xe siècle, où les besoins et aspirations en matière de développement humain sont satisfaits sans éroder les systèmes de maintien de la vie qui nous maintiennent tous.